SARM, ERV, BLSE et EPC, un méli-mélo de micro-organismes résistants et Semaine de sensibilisation aux antibiotiques | Hygie Canada
Hygie

Accueil > Blogue > SARM, ERV, BLSE et EPC, un méli-mélo de micro-organismes résistants et Semaine de sensibilisation aux antibiotiques

1-450-444-6777

SARM, ERV, BLSE et EPC, un méli-mélo de micro-organismes résistants et Semaine de sensibilisation aux antibiotiques

Partager:

SARM, ERV, BLSE et EPC. Qu’est-ce que ces acronymes ont en commun? Ce sont des micro-organismes qui, au fil du temps, ont développé une résistance à différents types ou classes d’antibiotiques. Depuis la découverte de la pénicilline en 1928 par Sir Alexander Fleming, les antibiotiques ont été utilisés pour sauver des millions de vies et ont donné lieu à de nombreux progrès dans les soins de santé tels que les greffes d’organes, les chirurgies et la chimiothérapie. Ce sont les résultats positifs de l’utilisation des antibiotiques. Le problème est que les antibiotiques sont souvent surutilisés et mal utilisés, par exemple pour traiter un rhume ou la grippe, contribuant ainsi à la résistance aux antibiotiques.

Une mobilisation globale

Ces dernières années, un mouvement international de sensibilisation aux antibiotiques s’est développé. La semaine de la sensibilisation aux antibiotiques qui se tient du 18 au 24 novembre vise à promouvoir l’utilisation appropriée des antibiotiques dans les soins de santé. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) identifie la résistance aux antibiotiques comme faisant partie des 10 principales menaces à la santé mondiale en 2019. Bien que le SARM et les ERV fassent partie depuis longtemps de notre combat contre la résistance microbienne, nous sommes plus récemment confrontés à de nouveaux défis pour lutter contre ce fléau. Nous avons déjà vu l’émergence de bactéries très résistantes aux médicaments, telles que la tuberculose, la gonorrhée,  Salmonella typhi et Klebsiella pneumoniae. D’autres bactéries deviennent également pharmacorésistantes, laissant les cliniciens avec des choix de traitement limités. Nous sommes maintenant confrontés au risque potentiel de revenir à l’ère de la pré-pénicilline, où même une infection mineure peut devenir mortelle.

L’OMS a mis au point un plan d’action pour lutter contre la résistance aux antibiotiques. Le plan comprend une sensibilisation et des connaissances accrues, une réduction des infections et une utilisation prudente des antibiotiques. Les professionnels de la prévention et du contrôle des infections peuvent contribuer à la sensibilisation et à la connaissance de la résistance aux antibiotiques et jouer un rôle clé dans la réduction des infections. De bonnes mesures de prévention des infections sont essentielles pour contrôler la propagation des micro-organismes résistants. Prévenir les infections c’est réduire l’utilisation excessive et abusive d’antibiotiques.

Notre contribution

Hygie Canada peut vous aider à promouvoir de bonnes mesures de prévention des infections permettant de contrôler la propagation des infections en proposant des solutions simples et efficaces pour la rétention et la gestion des liquides corporels. La stratégie simple consistant à utiliser des mesures de contrôle à la source pour prévenir la contamination de l’environnement peut aller très loin. Restreindre les excreta sur le lieu des soins est l’une des méthodes de contrôle des sources permettant de lutter contre les infections et de réduire ainsi l’utilisation des antibiotiques. Il vaut la peine d’investir pour trouver des moyens efficaces de protéger l’utilisation efficace des antibiotiques.

Ensemble, protégeons la vie

Prévenons et contrôlons les infections nosocomiales grâce à une gestion intelligente des liquides biologiques.